Enduit de façade, l’assurance d’un chantier réussi

  1. Urbel Façade, un façadier de renom à votre service
  2. Enduit de façade, l’assurance d’un chantier réussi

La devanture de votre habitation fait partie des premiers éléments visibles. Il s’agit de ce que le voisinage, vos visiteurs et vous-même voyez en premier. C’est pourquoi, si vous souhaitez appliquer de l’enduit de façade, celui-ci doit être irréprochable pour ne pas nuire à l’esthétique de votre maison. Il a également pour rôle de protéger vos murs contre l’humidité et la pollution. Nombreux sont donc les critères à respecter pour choisir le crépi idéal pour une maison, afin qu’il soit parfait et de façon durable dans le temps. Face à ces nombreuses conditions, il devient difficile de choisir. Pour vous aider, nous vous disons tout ce qu’il y a lieu de savoir sur ce sujet.

Qu’est-ce qu’un enduit de façade ?

Le crépi gratté constitue une excellente finition pour une maison. Il a pour but d’embellir et de protéger les parois extérieures. Il se projette sur différents matériaux tels que les briques, le béton ou les pierres. En revanche, il ne s’utilise pas sur les supports en bois.

Il se constitue d’une superposition de strates d’un composé minéral permettant de bien uniformiser l’enveloppe extérieure d’un bâtiment. Il est également possible de le peindre ou bien de le recouvrir par une autre couche de crépi de façade. En ce qui concerne l’application, un liant comme le ciment ou la chaux est obligatoire.

Enfin, vous avez le choix entre différentes finitions : gratté, taloché ou ribbé.

Enduit de façade
Tout est dans la précision

Les différentes sortes d’enduit de façade

Cet élément décoratif peut être de type monocouche ou être composé de plusieurs strates. Il permet d’avoir un rendu esthétique et d’orner les murs. Cette matière se compose de plâtre, de ciment ou de chaux.

L’enduit de façade monocouche

On utilise souvent l’enduit monocouche pour une construction neuve. Comme son nom l’indique, il ne nécessite qu’une seule passe d’enduit. La projection doit se faire sur un plan vertical solide, propre et sain. Avant de se lancer dans ces prestations, il est donc primordial de nettoyer le support. Tous les trous et fissures doivent absolument être traités. Pour ce faire, on prend un enduit de rebouchage à l’aide d’un couteau à enduire. Les fissures doivent par contre être traitées avec une trame de renfort. Souvent, la mise en œuvre se fait par projection ou par talochage.

Dans le cas où votre zone à enduire n’est pas parfaitement plane, vous devez impérativement la redresser avec un crépi de redressement avant de procéder à la projection du monocouche.

Cette matière imperméabilise et embellit vos murs en une seule opération. Elle vous permet d’économiser du temps grâce à sa facilité d’application. Le monocouche peut être appliqué avec différentes finitions, notamment le rustique écrasé, le gratté-poncé, le gratté ou bien le taloché.

La mise en œuvre du crépi monocouche

Le monocouche reste facile à façonner. Il n’y a pas forcément besoin d’une machine à projeter et peut être appliqué manuellement. L’enduiseur façadier a juste besoin de quelques outils tels qu’une taloche, une lisseuse, une auge, une règle, des tasseaux de bois, une bétonnière ou un malaxeur rotatif.

Pour les travaux, quelques étapes sont indispensables pour avoir un rendu de qualité. Tout d’abord, il est essentiel de bien préparer la zone d’application. Pour ce faire, vous devez reboucher les trous et traiter les fissures, car la mise en œuvre doit se faire sur une paroi saine.

Ensuite, vous n’avez qu’à laisser sécher le produit de rebouchage que vous venez d’appliquer. Par la suite, procédez à l’humidification de la zone à enduire. On conseille de mouiller le plan vertical la veille. Vous n’avez alors plus qu’à préparer votre tasseau et à projeter la couche à l’aide d’une truelle ou d’une taloche.

On notera que le monocouche doit avoir une épaisseur finale de 10 à 15 mm.

Ce qu’il faut savoir sur le crépi monocouche

Certaines règles doivent être respectées pour réaliser un enduit gratté. Au niveau de votre planning, sachez que la phase de projection ne peut se faire que 28 jours après le montage des maçonneries.

Concernant la planéité, les maçonneries qui doivent recevoir ce parement extérieur doivent être conformes au DTU  maçonnerie (Document Technique Unifié), c’est-à-dire respecter la règle d’épaisseur minimale de 10 mm pour la planéité d’ensemble. Par contre dans le cas d’un béton cellulaire, l’enduiseur façadier vérifiera que la planéité soit inférieure à 5 mm. De plus, une hauteur de 15 cm sans enduit sur le pied de murs doit être respectée.

Les conditions climatiques impactent fortement le planning des chantiers. En effet, la température doit se trouver entre 5 et 30°. Pour une teinte foncée, la température doit être supérieure à 8°C. En cas de températures supérieures à 30°, il est essentiel de remouiller la zone d’application afin d’éviter la dessiccation. Par ailleurs, il est fortement déconseillé de réaliser ces prestations lorsqu’il pleut.

Enduit de façade
Phase de finition

L’enduit de façade multicouche

Le crépi gratté multicouche est formé par des mortiers industriels. On le caractérise par son façonnage en plusieurs passes : le gobetis pour assurer l’accroche, le corps d’enduit ou le sous-enduit pour uniformiser et protéger les parois et l’enduit de finition pour la touche de décoration.

L’épaisseur du crépi gratté multicouche est comprise entre 15 et 20 mm avec le gobetis, pour au final avoir une épaisseur finale située entre 5 à 8 mm.

Enduire un mur extérieur en multicouche

La zone à projeter peut être délimitée par des pierres d’angle d’un côté et d’une arête vive de l’autre.

Enduire un mur doit se faire en 3 étapes. L’enduiseur façadier préparera tout d’abord le fond avec de l’enduit hydraulique riche en ciment. L’utilisation du ciment permet de réduire la durée de séchage de la première passe. Pour avoir une bonne adhérence, l’humidification du support est vivement conseillée. Cela doit se faire la veille et pendant le jour de la pose du produit. En ce qui concerne les conditions climatiques idéales pour travailler, préférez une température entre 8 et 30°.

La première couche

Comme évoqué précédemment, la première passe ou gobetis correspond à l’épaisseur d’accrochage. L’épaisseur doit se situer entre 4 et 5 mm. Pour le placer correctement, le mélange doit être très fluide. En ce qui concerne le dosage, vous avez besoin de 50 kg de ciment avec 100 à 120 litres de sable. Vous pouvez ensuite procéder au malaxage. Il est nécessaire d’ajouter de l’eau jusqu’à l’obtention d’un produit presque liquide et bien homogène. Vous pouvez alors commencer à l’appliquer sur votre plan vertical. Le temps de repos de cette première passe est de 48 h. Il est donc obligatoire de la laisser sécher avant d’entamer la deuxième passe.

La deuxième couche

Une fois la première strate séchée, l’enduiseur façadier préparera le dégrossi. Il est formé par des mortiers dits « bâtards ». Pour le mélange, vous avez besoin d’un sac de 40 kg de liant, d’un sac de ciment de 50 kg, de 160 à 170 litres de sable à maçonner et de 45 litres d’eau environ. À l’obtention d’une pâte souple, vous pouvez procéder à la projection. Pour ce faire, vous devez projeter le mélange sur la zone d’application à l’aide d’une truelle. Des tasseaux doivent délimiter votre zone. La trajectoire de votre outil doit suivre un mouvement circulaire. Le séchage de la deuxième strate demande environ une semaine.

La phase de finition

En ce qui concerne l’épaisseur finale, elle doit être de 7 à 8 mm. Vous pouvez prendre un enduit décoratif avec de la chaux comme agglomérant. La veille et le jour de la projection, il ne faudra pas oublier d’humidifier le crépi.

Pour la composition et la préparation de la troisième passe, versez de l’eau (environ 3.5 à 4 litres) en y ajoutant le contenu du sac de 25 kg petit à petit, en remuant en même temps. Au bout de 5 minutes maximum, vous devez avoir un mélange onctueux, prêt à la pose.

Les différentes sortes de liant de l’enduit gratté

Vous avez le choix entre 3 types d’agglomérant pour votre enduit de façade :

  • Il y a tout d’abord les liants à base de plâtre que l’on appelle également liants gypses.
  • Ensuite, il y a les liants hydrauliques. Les produits qui durcissent au contact de l’eau ont souvent besoin de cet agglomérant. Il peut tout aussi bien s’agir de chaux hydraulique que de ciment ou bien de mortiers bâtards, c’est-à-dire une combinaison de ciment et de chaux.
  • Enfin, on distingue le liant aérien. Il s’agit d’un élément dont le durcissement se fait essentiellement au contact de l’air. La chaux grasse est un bon exemple.
Enduit de façade
La dernière opération donne le côté esthétique

Les différentes finitions de l’enduit de façade

L’enduit de façade permet de nombreux aspects finaux différents.

L’enduit taloché

Il s’agit d’un rendu esthétique et lisse ayant l’avantage d’être bon marché et très facile à réaliser. Son façonnage peut se faire manuellement à l’aide d’une taloche ou mécaniquement à la machine.

L’enduit gratté

Son mode d’application le différencie des autres finitions. En effet, sa technique de pose vous permet de modifier le résultat final. On utilise souvent cet aspect pour les murs extérieurs de bâtiments. Il est toutefois à noter que le gratté reste plus fragile par rapport au taloché. Par conséquent, il est nécessaire de bien choisir le matériau adapté au support. Il peut s’agir de béton, de pierres ou de briques.

N’oubliez pas non plus de vérifier l’état du support, qu’il soit neuf ou ancien. Le façonnage se fait manuellement à l’aide d’une taloche. Il est par la suite griffé par des grattons, pour avoir un résultat visuel gratté.

Le ribbé

Il faut d’abord projeter le produit à la taloche puis ajouter des granulats pour avoir un aspect strié. La chaux aérienne compose cette matière, choisie selon la teinte souhaitée. Le projeté en effet ribbé n’est pas applicable sur les plans inclinés ou horizontaux et cela ne doit jamais se faire directement sur la maçonnerie en briques.

Le lissé

La mise en œuvre de ce crépi doit respecter certaines règles. Son avantage est son aspect lisse qui ne retient pas la poussière. L’épaisseur totale ne doit pas être supérieure à 20 mm. La dernière strate représente l’enduit de lissage, à lisser de la partie sèche vers la partie humide. Avant de laisser sécher définitivement, on recommande de serrer le produit avec une lisseuse afin d’avoir un rendu très lisse.

Le projeté

Il est réalisé à l’aide d’une machine de projection. L’enduit projeté rend le travail manuel plus aisé, mais surtout plus rapide. Souvent, l’enduiseur façadier utilise cet effet sur parpaings ou béton. Après une projection mécanique, on laisse le matériau à l’état bruts.

Le prix des enduits de façade

Les tarifs varient en fonction de la surface à couvrir, de la qualité du crépi, du nombre de couches, du temps nécessaire au chantier, et de bien d’autres facteurs.

Les prix moyens de l’enduit gratté pour votre maison

Le montant varie selon plusieurs critères, tels que la qualité, l’épaisseur et la couleur, mais également le nombre d’épaisseurs, sans oublier le type de construction (neuve ou ancienne). La fourchette basse par mètre carré est de 40 € si l’on prend en compte tous ces critères, tandis que la fourchette haute de l’enduit gratté peut grimper jusqu’à 70 €.

Prix de l’enduit hydraulique classique

Le gratté a un coût bon marché au vu des nombreux avantages qu’il offre. En effet, grâce à sa forte résistance à l’humidité, cette matière imperméabilise et laisse le bâti respirer. Il est également très robuste. Le coût au mètre carré varie de 40 à 80 €.

Prix de l’enduit de façade monocouche

S’il s’agit d’un crépi avec simple finition, la moyenne par mètre carré est de 25 à 30 €. Par contre, ce montant peut grimper jusqu’à 70 € le mètre carré, si vos murs ont besoin d’une préparation spécifique au préalable.

Dans le cas d’une rénovation ou de travaux de ravalement, le montant estimatif de l’enduit monocouche par mètre carré est de 45 € en moyenne.

Prix du multicouche

Généralement, le coût au mètre carré de ces produits traditionnels est supérieur à 35 €. Ce montant est variable selon la quantité à réaliser et la phase de préparation.

Il est à noter qu’un multicouche n’est plus vraiment tendance de nos jours avec l’apparition de l’enduit monocouche.

Le prix de pose de l’enduit de façade

Le façonnage de ce revêtement demande beaucoup de temps et d’effort. En effet, l’artisan enduiseur prépare le support avant d’entamer la projection et doit par la suite faire la finition. Le tarif de la main-d’œuvre varie donc selon l’ampleur des tâches à réaliser.

Le coût au mètre carré dépend donc de la surface à enduire. Le montant peut également varier en fonction du produit choisi et de la technique de mise en œuvre utilisée. Le montant estimatif d’un projet est de 1 309 € pour une une surface de moins de 50 m².

Entre 50 m² et 100 m², le coût moyen est de 2 130€ TTC. Par contre, en dessous de 200 m² vous devez vous attendre à un budget moyen de 5 740 € TTC. Enfin, la pose d’enduit de façade pour une surface supérieure à 200 m² est de 14 500 € TTC.

Il est bon de savoir que la fourchette budgétaire dans une grande surface de bricolage peut aller de 8 € /m² jusqu’à plus de 20 €/m².

Enduit de façade, pensez à l’isolation

Qu’ils soient hydrauliques ou organiques, les enduits extérieurs restent des choix de finition esthétiques pour une isolation de façade sans bardage. Le bardage est une solution prisée car elle amène un aspect spécifique et une protection éprouvée. Mais, désormais, la mise en œuvre d’autres produits organiques peut également assurer une touche finale de qualité. L’isolant choisi peut être en polystyrène expansé, panneaux en mousse résolique ou en laine de roche. Il existe cependant des revêtements qui, même si leur pouvoir thermique est moindre, prennent des parts de marché grâce à leur côté écologique.

La composition des enduits isolants

Les parements classiques n’ont pas réellement de capacité thermique. Il existe en revanche des produits spécifiques pour les murs. Ces matériaux sont spécialement conçus pour l’extérieur sans besoin d’isolation supplémentaire. Ils sont souvent à base de mortier classique, de liant à base de ciment, de chanvre ou de granulés isolants.

Vous avez différents choix pour les granulés. Il peut s’agir de microbilles de verre ou bien de chanvre. C’est grâce à ces dernières que l’amalgame isole convenablement.

Lissage de l'enduit de façade
Le lissage du crépi

La mise en œuvre de l’isolation sous enduit

On installe ce système de 2 manières différentes. Vous pouvez opter pour l’application directe. Vous n’avez alors qu’à appliquer l’enduit d’accrochage, pour ensuite apposer le mortier isolant et terminer par la couche de finition.

Le façadier projette le ciment sur des panneaux en polystyrène expansé en plusieurs opérations. Après nettoyage et traitement éventuel, on procède à la fixation de panneaux avec une technique bien particulière. Ensuite, il faut placer l’armature en fibre de verre ou métallique marouflée dans un sous-enduit afin que l’épaisseur finale puisse s’appliquer par la suite. Avec cette méthode, le revêtement n’a qu’une vocation esthétique et de protection.

Les différents types de revêtements

Il existe de nombreuses sortes d’amalgames pouvant être utilisés pour l’isolation d’une habitation ou d’un bâtiment. En général, le parement se compose d’un média isolant, d’un liant et d’un mortier.

Pour un effet isotherme optimal de votre bâtiment, vous pouvez opter pour :

Le crépi isolant

Cette matière est l’assemblage d’un crépi avec des billes de polystyrène. Cet amalgame est très efficace et léger. Il nécessite d’être projeté en plusieurs passes afin d’obtenir la résistance thermique souhaitée.

La peinture isolante

Ce procédé est le premier revêtement utilisé par la NASA afin d’isoler les navettes spatiales. Ces peintures résistent aux intempéries et peuvent permettre de gagner jusqu’à 4 degrés en diminuant les ponts thermiques.

L’enduit chanvre

Le mélange projeté à base de chaux chanvre est très écologique. Il est aussi très résistant à l’usure, aux parasites et aux intempéries. Cette matière est par ailleurs un excellent isolant acoustique, mais aussi thermique. Il régule parfaitement l’humidité. Il est souvent conseillé pour les maisons traditionnelles.

Le crépi chaux-liège

La résistance au feu caractérise cet assemblage. Grâce à ses propriétés spécifiques, le crépi chaux-liège n’est pas non plus sensible à l’humidité. Pour une isolation phonique et thermique optimale, on conseillera ce type de produit.

Les revêtements à base d’aérogel de silice

Il s’agit d’un matériau très performant. Son efficacité thermique est très proche de celle des laines de verre. Malheureusement, peu d’artisans professionnels le proposent sur le marché.

Le torchis

La paille et de terre composent ce mélange. Il s’agit d’une solution très économique issue d’une technique ancestrale de revêtement extérieur. Il est compatible avec tous types de bâtiment.

Crépi
Marouflage de la trame

Les avantages de ce procédé

Les crépis isolants offrent de nombreux avantages, pour ne citer que la conservation de l’aspect d’origine de votre façade. Ils permettent également d’éliminer les ponts thermiques, en plus d’être écologiques. Ils participent en outre à la régulation de l’humidité et réduisent l’apparition de moisissures sur vos extérieurs.

Il est toutefois à noter qu’ils présentent également quelques inconvénients. Peu d’artisans professionnels proposent ce service. Par ailleurs, on ne prend pas ce procédé pour l’isolation principale d’un bâtiment. En effet, les ciments isolants n’ont pas la même capacité thermique que les laines en verre. Les performances de ce matériau ne dépassent pas les 0.08 W/m.K. De ce fait, pour obtenir une performance suffisante, il est nécessaire de projeter une épaisseur conséquente. Il faut alors prévoir un budget assez élevé pour ce type de chantier. A noter également que son temps de séchage peut avoisiner un mois.

Le coût de la main-d’œuvre pour un enduit de façade isolant

La réalisation d’un crépi isolant varie sur une fourchette moyenne de 60 € à 70 € par mètre carré. Si la fourchette haute peut aller jusqu’à 100 €, le tarif dépend surtout de la surface à enduire et du travail préparatoire à réaliser. Son coût reste élevé car l’opération se fait en plusieurs étapes et que l’échafaudage s’immobilise sur une période assez longue.

URBEL, un enduiseur façadier de renom

Avec cet article vous en savez un peu plus sur notre métier. A vous de mettre la théorie en pratique et d’entamer vos travaux !

Vous avez un projet d’enduit de façade, de ravalement ou d’isolation extérieure sur le Nord Pas de Calais ? N’hésitez pas à contacter URBEL FACADE, enduiseur façadier de renom, en utilisant notre fiche contact dédiée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.
Accepter En savoir plus Fermer
La version de votre navigateur est trop ancienne

Pour afficher de manière satisfaisante le contenu de ce siteTélécharger Google Chrome

×